Fêtez la Saint Valentin en anglais – la lettre d’amour

Il existe mille et une façons de déclarer votre flamme ! De grands poètes, hommes politiques, acteurs… ont pour cela écrit de très belles lettres d’amour ! Pour vous inspirer, Telelangue vous propose une lettre écrite par Alfred de Musset à George Sand !

Ils se rencontrèrent lors d’un diner littéraire, à la suite duquel Alfred de Musset écrivit la lettre ci-dessous à George Sand, s’en suivi un amour passionné !

Fêtez la Saint Valentin en anglais – la lettre d’amour

Lettre d’Alfred de Musset à George Sand (anglais)

I have something stupid and ridiculous to tell you.  I am foolishly writing to you instead of having told you this, I do not know why, when returning from that walk. To-night I shall be annoyed at having done so.

You will laugh in my face, will take me for a maker of phrases in all my relations with you hitherto.  You will show me the door and you will think I am lying. I am in love with you.  I have been thus since the first day I called on you.

Alfred de Musset

Retrouvez la lettre complète en français ci-dessous !

Mon cher George,
J’ai quelque chose de bête et de ridicule à vous dire. Je vous l’écris sottement, au lieu de vous l’avoir dit au retour de cette promenade, j’en serai désolé ce soir.

Vous allez me rire au nez, me prendre pour un faiseur de phrases dans tous mes rapports avec vous jusqu’ici. Vous me mettrez à la porte et vous croirez que je mens : je suis amoureux de vous, je le suis depuis le premier jour où j’ai été chez vous. J’ai cru que je m’en guérirais, en vous voyant tout simplement à titre d’ami.

Il y a beaucoup de choses dans votre caractère qui pouvaient m’en guérir. J’ai tâché de me le persuader tant que j’ai pu ; mais je paye trop cher les moments que je passe avec vous. J’aime mieux vous le dire, et j’ai bien fait, parce que je souffrirai bien moins pour m’en guérir à présent, si vous me fermez votre porte. Cette nuit j’avais résolu de vous faire dire que j’étais à la campagne ; mais je ne veux pas vous faire de mystères ni avoir l’air de me brouiller sans sujet.

Maintenant George, vous allez dire : « Encore un qui va m’ennuyer », comme vous dîtes. Si je ne suis pas tout à fait le premier venu pour vous, dîtes-moi, comme vous me l’auriez dit hier en me parlant d’un autre, ce qu’il faut que je fasse ; mais, je vous en prie, si vous voulez me dire que vous doutez de ce que je vous écris, ne me répondez plutôt pas du tout. Je sais comme vous pensez de moi, et j’espère rien en vous disant cela.

Je ne puis qu’y perdre une amie et les seules heures agréables que j’aie passées depuis un mois. Mais je sais que vous êtes bonne, que vous avez aimé, et je me confie à vous non pas comme à une maîtresse, mais comme un camarade

[spoiler show= »Cliquez ICI pour en savoir plus sur l’histoire d’amour en Alfred de Musset et George Sand » hide= »George Sand est le pseudonyme d’Amantine Aurore Lucile Dupin, romancière et femme de lettres française, née en 1804 et morte en 1876. Elle a fait scandale par sa vie amoureuse agitée, par sa tenue vestimentaire masculine, dont elle a lancé la mode, et par son pseudonyme masculin, qu’elle adopte dès 1829.
Alfred de Musset, né en 1810 et mort en 1857, était un poète et un dramaturge français de la période romantique.
George Sand rencontra Alfred de Musset, lors d’un dîner organisé par pour ses collaborateurs, en juin 1833. Ils se revirent et, le 25 juillet, il lui écrivait : Je suis amoureux de vous. Je le suis depuis le premier jour où j’ai été chez vous. Ils passèrent ensemble quelques mois heureux à Paris. Ils écrivaient, échangeaient textes et idées, dessinaient.
Ils s’embarquèrent pour Venise le 12 décembre 1833, firent une partie du voyage en compagnie de Stendhal. À Gênes, Sand fut sérieusement malade – fièvre et dysenterie – elle l’était encore en arrivant à Venise. Ils s’installèrent à l’hôtel Danieli le 1er janvier 1834.
Musset passait ses nuits dans les cabarets, avec les prostituées. Il tomba malade à son tour, typhoïde ou fièvre cérébrale, il délirait…
George fit appeler un jeune médecin, Pietro Pagello. George devint la maîtresse de Pagello. Tous deux soignèrent Musset et se relayèrent à son chevet. Guéri, Musset rentra en France. Sand resta à Venise. Elle était dans une situation financière très difficile. Elle loua un petit appartement. Elle avait besoin d’une retraite paisible où elle pourrait travailler. Elle écrivit là : Leone Leoni, André, Le Secrétaire intime, Jacques, et envoya les premières Lettres d’un voyageur à la Revue des Deux Mondes. Elle rentra à Paris au début du mois d’août, accompagnée de Pagello.
La correspondance entre Sand et Musset n’avait jamais cessée et Pagello, mal aimé, jaloux et déstabilisé, repartit pour Venise. Musset et Sand se réconcilièrent, se déchirèrent, puis se séparèrent à nouveau. Sand était désespérée, elle ne pouvait plus écrire, elle coupa sa chevelure et la lui envoya. Les scènes se succédaient, cette passion les détruisait. Épuisée, Sand finit par s’enfuir à Nohant, le 6 mars 1835. La rupture fut cette fois définitive. »][/spoiler]

Sources : georgesand.culture et wikipedia.org/wiki/George_Sand

Related posts:

Fêtez la Saint Valentin en anglais – le poème du jour
La presse en anglais – Que lire? -
Les astuces à retenir lors d'une invitation à dîner chez son patron
Faire des affaires en Chine
10 destinations hors du commun
Utilisez dès maintenant votre CPF en convertissant votre solde DIF
CPF : Les langues sont maintenant disponibles dans moncompteformation.gouv.fr
Berlitz-Telelangue ont mené une enquête sur la Réforme et le CPF langues un an après l’entrée en vig...

Laisser un commentaire